Agricool réinvente la production de fruits et légumes !

Agricool réinvente la production de fruits et légumes !

Plus de 12 millions d’euros levés en moins de 3 ans, cela a de quoi faire rêver de nombreux entrepreneurs ! Même si une levée de fonds n’est pas en soi une finalité, ils seraient nombreux à désirer ce « parcours ». Et l’histoire est encore plus belle quand on sait que l’ensemble de ces financements a pour but de produire des fraises, et à terme des fruits et des légumes, en ville !

Ce sont deux fils d’agriculteurs, Guillaume Fourdinier et Gonzague Gru, qui sont à l’origine d’Agricool, originellement baptisée Localocal. Amoureux des bons produits, ils constatent ensemble que le bon goût des fruits et des légumes de la campagne ne peut pas être retrouvé en ville, notamment pour des raisons de logistique. De fait, l’immensité des villes dans un monde de plus en plus urbain fait vivre un véritable cauchemar à ces fruits et légumes qui voyagent de camion en camion et d’entrepôt en entrepôt. La solution idoine proposée traditionnellement est de les rendre résistants au détriment du goût. L’offre de fruits et légumes en ville est donc majoritairement décevante, surtout quand on a connu les bons produits de la campagne comme Guillaume et Gonzague.

C’est justement là qu’intervient Agricool. La mission de la société est de permettre à tous les citadins de se fournir en fruits et légumes ayant du goût et impactant le moins possible l’environnement. Aujourd’hui Agricool fournit des fraises cultivées localement, sans pesticides, dont la production consomme uniquement des énergies renouvelables et 90 % d’eau et de nutriments en moins qu’une agriculture en pleine terre. Mais alors, comment font-ils ?

310x190_guillaume-fourdinier-gonzague-gru-deux-fondateurs-start-up-agricoolLes deux entrepreneurs ont avant tout beaucoup de créativité et d’inventivité. Début 2015, ils testent la culture de fraises dans la salle de jeux de l’appartement d’un oncle. Malgré ces conditions délicates, le test les convainc de continuer l’aventure. Ils ont l’idée de transformer en espace de culture un vieux container végétant dans la cour de la ferme des parents de Gonzague en Picardie. Et le pari fonctionne : ils parviennent à cultiver des fraises dans un container ! Il faut maintenant démontrer que le concept peut aller plus loin. Paris est le marché idéal pour cela. Agricool lance son premier container dans la capitale, au sein du parc de Bercy. Puis d’autres containers ouvriront. Les fraises sont vendues en direct ou à des supermarchés locaux. La société séduit alors les curieux, les journalistes…et les investisseurs. Trois levées de fonds se succèdent : 300 000 euros, près de 4 millions, puis 8 millions d’euros. De quoi donner les moyens à Agricool de se développer.

Ce qui a décidé de nombreux investisseurs tels que Jacques-Antoine Granjon, fondateur du groupe Vente-Privée, c’est notamment l’axe fort mis par la startup sur la Recherche & Développement. En effet, les containers d’Agricool recréent l’ensemble des conditions idéales à la culture des fraises : meilleure lumière, température adéquate, irrigation optimale, etc. La startup explique qu’elle peut ainsi générer l’équivalent de 4000 m2 de pleine terre dans un container de seulement 35 m2 ! Mais Guillaume et Gonzague ne se satisfont pas de cela et embauchent en permanence des ingénieurs pour améliorer la performance des cultures en place et pour développer les nouvelles cultures qui feront le succès de demain.

Aujourd’hui Agricool dispose de plusieurs containers, d’une équipe solide et a les moyens financiers pour rêver plus grand. L’international est dans les plans des deux entrepreneurs. Trouver dans le monde des villes où la qualité des fruits et des légumes est à revoir, ce sera chose facile. Le chemin est toutefois encore long et sera certainement semé d’embûches. Il reste à prouver la viabilité à long terme du concept et à le déployer dans les villes qui en ont besoin. Mais quand on veut changer le monde, jamais rien est facile, mais tout est possible !