MéGo ou le recyclage des mégots de cigarettes

MéGo ou le recyclage des mégots de cigarettes

On compterait dans le monde environ 5 000 milliards de mégots de cigarettes par an ! Pour la France, ce serait 50 milliards chaque année ! Or, l’impact sur l’environnement des restes de cigarettes va au-delà de la simple pollution visuelle qu’ils génèrent dans nos villes. Les mégots mettent en effet 15 ans à se dégrader dans la nature et peuvent polluer jusqu’à 500 litres d’eau (par mégot !).

Pour lutter contre cette nuisance environnementale, une société bretonne, nommée Eco Action Plus et créée par Bastien Lucas en 2011 a décidé de lancer le service MéGo. A l’origine, le métier premier d’Eco Action Plus est la collecte, le tri et le recyclage des déchets de bureaux tels que les papiers, les cartons ou les cartouches d’encre. Souhaitant innover en proposant à ses clients des nouvelles filières de recyclage, Eco Action Plus a ainsi mis au point MéGo. Un relais de croissance qui a l’avantage de mettre en lumière cette société implantée en Bretagne mais aussi dans le Tarn. Mais qui est, avant tout, opérationnel.

Bastien Lucas, à gauche, avec les cendriers MéGo.

Désormais, Eco Action Plus a donc une corde de plus à son arc. En plus de ses services classiques, la société propose à ses clients, et aux cafés également, des cendriers permettant la collecte des mégots de leurs usagers ou de leurs clients fumeurs. Une fois pleins, ces cendriers sont vidés dans des conteneurs dédiés. Puis ces derniers sont récupérés par Eco Action Plus,  qui les traite et sépare le filtre des restes de papier, tabac et cendres. Ces restes sont broyés pour être utilisés en compostage. Les filtres, eux, sont envoyés à un partenaire anglais qui possède la technologie permettant de recycler les mégots. Ces mégots constitués d’acétate de cellulose, une matière plastique, seront alors traités pour devenir du matériau isolant ou divers objets…comme un cendrier par exemple !

Si cette filière du recyclage des mégots de cigarettes est encore à éprouver et la rentabilité encore incertaine, l’initiative innovante d’Eco Action Plus reste toutefois à souligner. La société de Bastien Lucas a su prendre des risques en innovant et en apportant une solution concrète au marché. Et, quand on perçoit l’exaspération engendrée au quotidien par ces mégots et la prise de conscience des populations concernant les enjeux environnementaux, on peut estimer, à n’en pas douter, que MéGo va gagner son pari…

 

Ci-dessous, un mini-reportage de France 3 sur MéGo: