De l’énergie et du chauffage grâce à des algues ? Portrait de la start-up Ennesys.

De l’énergie et du chauffage grâce à des algues ? Portrait de la start-up Ennesys.

Tubes contenant des micro-algues.

A partir de 2020, les bâtiments neufs devront générer plus d’énergie qu’ils n’en consomment. Cet impératif réglementaire fait les affaires d’une start-up nommée Ennesys. Sur une initiative américaine, cette société a été créée en septembre 2010 par Pierre Tauzinat et Jean-Louis Kindler. Elle a mis au point un procédé de production d’énergie à partir de la dépollution des eaux usées par des micro-algues !

La technologie d’Ennesys repose sur la mise en place de photoréacteurs, des murs d’algues intégrés aux bâtiments. Ces murs d’algues sont composés de tubes transparents dans lesquels passent les eaux usées et du CO2 injecté. Grâce à la lumière (d’où la transparence des tubes), les algues captent le CO2 et rejettent de l’oxygène. En parallèle, en se nourrissant des déchets des eaux usées, le phytoplancton se développe et devient mûr pour être retiré du circuit. Une fois retirées, ces micro-algues sont traitées pour en obtenir de l’huile végétale, de la biomasse, mais aussi du gaz !

La biomasse servira de source de chauffage ou d’électricité tout comme l‘huile végétale. Mais cette dernière pourra également être utilisée comme biocarburant pour les transports. D’autre part, grâce au procédé mis en place par Ennesys, les eaux usées sont dépolluées à 99,9 %. Ce taux est suffisant pour permettre de réutiliser ces eaux pour l’arrosage, les chasses d’eau, etc (mais pas pour l’eau potable). Et de son côté, le CO2 est éliminé grâce aux micro-algues.

Maquette d’un bâtiment utilisant la technologie de la start-up Ennesys.

Les bénéfices de cette technologie sont donc immenses. Mais ce n’est pas tout ! Les murs d’algues servent également d’isolant thermique. Ils protègent du froid l’hiver et du chaud l’été. Cette solution semble donc extrêmement porteuse. D’autant plus qu’il s’agit d’une source d’énergie plus efficace que le photovoltaïque : elle produit 120 kWh par m² contre 100 kWh par m² pour cette dernière.

La technologie développée par Ennesys semble donc être une technologie d’avenir. Rentable à partir de 4 000 m² de surface, sa commercialisation à grande échelle ne devrait plus tarder. Actuellement, un pilote est à l’essai à La Défense. Et la start-up ne s’arrête pas là. Elle veut commercialiser son procédé auprès des centres d’enfouissement afin d’éliminer le lixiviat, une substance toxique rejetée par ces centres et plus communément appelée « jus de poubelle ».

Décidément, la technologie d’Ennesys n’a pas de limites !

Ci-dessous, une vidéo présentant Ennesys et ses nouveaux projets dans le bâtiment : 

Sources :

Ennesys

Usine Nouvelle

Lexpress

One response to “De l’énergie et du chauffage grâce à des algues ? Portrait de la start-up Ennesys.”

  1. Michel Hugo dit :

    Bonjour,

    Nous sommes une équipe de 3 étudiants (DUT Génie thermique & Énergie – IUT de Nantes) et nous travaillons sur un projet reliant le biomimétisme et le développement durable.
    Nous aimerions avoir plus de détails sur la technologie d’Ennesys, plus particulièrement sur la valorisation du lixiviat car nous avons trouvé ce projet très intéressant.

    Cordialement,

    Hugo Michel.

You must be logged in to post a comment.