La déforestation lève 3 milliards de dollars en Bourse !

La déforestation lève 3 milliards de dollars en Bourse !

Transport de la palme

Plus de 3 milliards de dollars pour détruire la forêt

Si je vous dis « Felda », cela ne vous dit sûrement rien. Mais si je vous dis que Felda, ce sont des centaines de milliers d’hectares de forêt détruits et trois milliards de dollars levés en Bourse, vous comprenez . Vous comprenez qu’il s’agit de l’un des principaux négociants en huile de palme de la planète. Pour être précis, Felda Global Ventures Holding (FGVH) est le 3ème plus gros producteur d’huile de palme du monde. La société génère 8 % de la production mondiale.

L’huile de palme, un danger pour la planète et les hommes

Comme vous avez sûrement dû le constater, de nombreuses ONG se battent depuis plusieurs années contre cette huile. Il existe deux raisons principales à cela ; l’une qui touche à la planète, l’autre qui touche aux hommes. Premièrement, les ONG mettent l’accent sur les pertes immenses en termes de forêt causées par les producteurs désireux de « faire de la place » pour leurs plantations. Ainsi ce sont des millions d’hectares de forêts qui ont été détruits ;  en 2010, Greenpeace évoquait un chiffre de 13 millions d’hectares partis en fumée. Deuxième raison, la teneur de l’huile de palme en acides gras, ce qui favoriserait notamment des problèmes d’ordre cardio-vasculaire chez les consommateurs. Cette huile pourrait également engendrer de l’obésité. En fait, l’huile de palme regorge 3 fois plus d’acides gras saturés que l’huile de colza, de tournesol ou d’olive.

L’évolution de la situation

Face au tollé créé par les ONG (on se souvient d’ailleurs  très bien de la campagne de Greenpeace contre le Kit Kat de Nestlé!), certains industriels ou distributeurs ont bien réagi. Nestlé, directement impliqué, décida en 2010 de supprimer l’huile de palme de ses produits à terme. Mais avait-il le choix ? On peut également citer la marque Findus dont plus un seul de ses produits ne contient de l’huile de palme. Du côté des distributeurs, des enseignes comme Carrefour et Casino auraient annoncé et réalisé de vrais efforts pour faire disparaître les produits à base d’huile de palme de leurs magasins. En 2015, Carrefour s’est fixé comme objectifs d’avoir 100% de ses produits responsables.

Mais le principal problème réside dans le coût extrêmement faible de l’huile de palme. Les industriels de l’agro-alimentaire ont ainsi peur de devoir trouver un substitut plus cher que l’huile de palme, ce qui les forcerait soit à être moins compétitif, soit à diminuer leurs marges. D’autre part, l’huile de palme est omniprésente dans l’industrie agro-alimentaire. Et le but des industriels  impliqués est aussi de remplacer l’huile sans altérer le goût des recettes, ce qui n’est pas forcément évident. Si il est relativement facile de trouver d’autres ingrédients à la place de l’huile de palme pour certains produits, il s’avère à l’inverse assez compliqué de lui trouver un substitut pour de nombreux autres produits.

Mais, quoiqu’on en dise, le changement de modèle est possible. Findus l’a montré, et les résultats en termes d’image devraient s’avérer très positifs pour la marque. Ce qui ne devrait pas être le cas pour Deutsche Bank. La banque répète à qui veut l’entendre qu’elle se bat pour un avenir durable. Pourtant, l’entrée en Bourse de Felda a été accompagnée par…Deutsche Bank ! Pas très classe.

Sources :

Le Figaro

Maxisciences

Linéaires.com

You must be logged in to post a comment.