Le marché des cosmétiques bio : c’est durable !

Le marché des cosmétiques bio : c’est durable !

Un marché en pleine croissance

Melvita, Weleda, Nuxe, Dr Hautschka, Cattier…la liste des marques de cosmétique bio ou naturelle est longue. Et témoigne de l’engouement des consommateurs européens et français pour les produits de cosmétique bio. Désormais, les consommateurs peuvent facilement accéder à des boutiques en lignes spécialisés sur ce créneau, comme MondeBio.

Une enseigne Mademoiselle Bio

Il y a même des chaînes spécialisées dans les cosmétiques bio qui se créent, à l’instar de Mademoiselle Bio, une enseigne disposant d’une dizaine de magasins aujourd’hui.

Forcément, cet engouement (on parle d’un marché en croissance de 25 % par an depuis 2005) a entraîné l’apparition des grandes marques et des marques distributeur sur ce segment.

Une croissance facilement explicable

Si le marché des cosmétiques bio s’est autant développé, c’est déjà parce que les consommateurs et les consommatrices (qui représentent elles près de 90 % du marché des parfums et cosmétiques) sont de plus en plus sensible aux produits responsables. D’autre part, la tendance actuelle veut que les produits dits chimiques ou contenant des substances chimiques soient fortement discrédités. Appliqué au corps et à la peau des consommateurs, ceci est d’autant plus vrai. Par conséquent, les cosmétiques bio rassurent.

Parallèlement, les réseaux distribuant des cosmétiques bio se sont développés. Comme nous l’avons vu, on peut retrouver ces produits sur internet et dans des magasins spécialisés, mais aussi en pharmacies/parapharmacies ou en grande surface. Ce qui a pour effet naturel d’augmenter les ventes.

Les limites actuelles du marché

Toutefois, le segment des cosmétiques bio ne représentent aujourd’hui que 2 % du marché global des cosmétiques (avec une projection de 3,3 % en 2015). Le prix est l’un des freins au développement de ces produits, tout comme c’est le cas pour une grande majorité de produits « responsables ». Mais les freins du marché ne se limitent pas au prix.

De nombreux consommateurs semblent en effet perdus dans la confusion de termes utilisés : produits bios, naturels, d’origine naturelle, etc… En fait, la profusion de marques sur ce créneau a donné le sentiment à de nombreux consommateurs que certaines marques faisaient du « green washing » et utilisaient les termes « bio » ou « naturel » de manière un peu trop mercantile à leur goût. L’instauration des logos et des chartes (comme la Charte Cosmebio) devraient remédier à cela, le temps que les consommateurs les assimilent et les distinguent.

Enfin, les consommateurs ont désormais une autre alternative sur le marché des cosmétiques bio. Surfant sur une autre tendance qu’est le Do It Yourself, la marque Rowenta a ainsi lancé Naturalis, un appareil qui permet de réaliser soi-même ses produits de soins à partir de produits naturels ! Conclusion : on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Sources :

Les Echos

Aboneobio.com

You must be logged in to post a comment.